Compagnie L'Atelier des Rêves



03 juil. 2012

Cambodge N#4 Phnom Penh, Les Khmers Rouges

Le Mardi 03 Juillet, Cambodge, Phnom Penh

" Ames sensibles s'abstenir"

Depuis le début de notre séjour au Cambodge, on souligne l'accueil et les sourires merveilleux des Cambodgiens.

Mais on ressent quelque chose de triste, quelque chose qui plane encore dans l'air et que les Cambodgiens d'aujourd'hui ont envie de combattre : l'époque Khmers Rouge.

Un peu d'histoire (pardonnez les raccourcis), les Khmers rouges menés par Pol Pot, ont pris le pouvoir de 1975 à 1979.

Communistes, ils voulaient une population d'agriculteurs, ils ont ainsi vidé les villes de leur population pour les mettre aux travaux forcés dans les champs.

Les intellectuels, étrangers, religieux, réticents au pouvoir ont été tués : plus de 2 Millions de morts dans le pays.

Au niveau culturel, les Khmers rouges voulaient que la date de leur accession au pouvoir soit la date d'un nouveau départ, par conséquent, tous les monuments historiques et religieux ont été détruits.

Devant ces atrocités, le peuple se reconstruit, mais c'était il y a seulement 30 ans. La culture a été grandement endommagée, et il n'y a quasiment plus de vieux temples ni de monuments (si ce n'est les Temples d'Angkor).

Nous voulions donc en savoir plus sur cette horrible période.

2 Moyens : la lecture avec ces deux livres :

- "D'abord ils ont tué mon père" de Ung Loung

C'est l'histoire d'une petite fille de 5 ans à l'époque Khmers rouge qui raconte comment les membres de sa famille ont vécu cette période, un livre qui rappelle l'histoire d'Anne Franck.

- "Le Portail" de Francois Bizot

C'est l'histoire d'un expat Français qui raconte le "avant 1975" et la période Khmers Rouge, son emprisonnement puis sa libération et la vie de l'ambassade de France de Phnom Penh, les évacuations, les assasinats, la non possibilité d'offrir l'asile politique, l'évacuation.

Et puis, plus "concret", la visite du musée S-21, le musée du génocide.

DSC05766

En cliquant sur la photo ci-dessous, vous pouvez la voir en plus grand pour lire.

DSC05773

 

DSC05767

DSC05769

DSC05771

DSC05762

Le S-21 est un ancien collège français situé au coeur de Phnom Penh, et utilisé par les Khmers rouges comme centre de torture et prison.

Plus de 20 000 Prisonniers y sont morts en cinq ans, et certains jours plus de 100 prisonniers pouvaient mourir sous la torture.

L'objectif était d'interroger et de "faire dire" au prisonnier ce que l'interrogateur voulait entendre.

DSC05764

Pour y parvenir, des scènes de tortures ignobles : on arrachait les têtons à l'aide de tenailles, on placait des insectes piquants sur le torse des détenus, on les étouffait, les pendait par les bras dans le dos, attendait qu'ils s'evanouissent puis plongeait la tête dans de l'eau remplie d'excrements pour qu'ils se reveillent, on arrachait les bébés aux mamans, le geolier lancait le bébé en l'air et un autre le receptionnait sur sa bayonnette...

Quelques objets de torture:

 DSC05772

Il faut noter, que les Khmers Rouges prenaient leurs troupes dans les populations les plus pauvres et illétrées, et souvent chez les jeunes, et sous la menace du refus, on les tuerait.

Ainsi, les bourreaux qui infligeaient ces tortures ignobles etaient agés entre 10 et 15 ans...

 DSC05763

Dans chacune des pièces que nous avons visitées sont affichées des photos des derniers corps retrouvés témoins de cet horreur.

Les prisonniers étaient enfermés dans des cellules minuscules avec une boite en métal pour y placer leurs excrements et à manger deux fois par jour (très peu à manger, un bouillon avec 8 grains de riz).

DSC05765 

Pour mieux se rendre compte de l'atmosphère qui régne dans cette prison, voici un petit film très interessant de moins de 10 min.

Les Khmers Rouges ont été chassés en 1979, Pol Pot est mort en 1998, il n'était pas en détention.

Son régime a causé la mort de 2 millions de Cambodgiens soit 20% de la population.

La plupart des membres du gouvernement Khmers rouges et Pol Pot lui même etaient des gens cultivés, qui ont fait des études (souvent en France) et qui étaient pour certains professeurs.

La plupart n'a été jugé qu'en 2007, restant libre jusque là.

L'avocat Français Jacques Vergés, a défendu Pol Pot (ils étaient amis pendant leurs études) et pour lui "Il n'y a jamais eu de génocide".

 

La population tente de se reconstruire, mais en connaissant toutes ces horreurs, il est parfois difficile, en voyant des personnes agées d'une cinquantaine d'années de se demander quel rôle il a joué pendant la periode des Khmers Rouges.

 

En tout cas le Cambodge est un beau pays, les Cambodgiens sont adorables et veulent sortir de ce marasme.

 

 

Posté par latelierdesreves à 09:30 - Permalien [#]
Tags : , , ,











Nous contacter :

Florent et Anaïs



Facebook Logo F 03







Tags